Les Chevaliers de Spica

vous souhaitent la bienvenue!


Les Chevaliers de Spica vous souhaitent la bienvenue.

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

RP - La Guerre contre les ARCDR

Partagez
avatar
Arya
Surintendant

Messages : 1891
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 22
Localisation : Auriga (P2A-575)

RP - La Guerre contre les ARCDR

Message par Arya le Mar 29 Aoû - 18:42

LA GUERRE CONTRE LES ARCDC


Bonjour à tous Smile

J'ouvre ce sujet afin d'y rassembler l'ensemble des RP se conférant à la guerre qui nous oppose aux ARCDC, les miens comme ceux de l'Empereur Blancos Wink

Je les posterai dans un certain ordre de façon à construire un récit, semblable à une histoire What a Face

Puissions-nous au moins tirer un avantage artistique de ce conflit sanglant...

Bonne lecture pour ceux qui auront le courage d'ouvrir cette page Razz

PS : Les RP en question se trouvent également sur le board Smile


Dernière édition par Arya le Mar 29 Aoû - 19:24, édité 1 fois
avatar
Arya
Surintendant

Messages : 1891
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 22
Localisation : Auriga (P2A-575)

Re: RP - La Guerre contre les ARCDR

Message par Arya le Mar 29 Aoû - 19:20

PROLOGUE : UN PRELUDE INATENDU


Tout commença par une banale interception de RIP...

Depuis de nombreuses semaines déjà, Empereur Blancos de l'alliance ARCDC, s'amuse à raider des mineurs de l'alliance KNIGHT, comme Icci ou moi (Arya), avec des petites flottes de RIP, pour de maigres rentas.

Face à cette menace, les raideurs de l'alliance KNIGHT sont mis en alerte !!! Prêts à défendre leurs camarades mineurs.

C'est ainsi que le mardi 15 août 2017, à 00:02:22, Roi Kreol, le Commandeur des Chevaliers de Spica et Roi de la cité de Toulouse, envoie sa flotte chez Icci afin d'intercepter une flotte de 25 RIPS, envoyée par Empereur Blancos.

L'opération se solde par une victoire des KNIGHT et la destruction complète des 25 RIPS d'Empereur Blancos, le tout récompensé par un joli HOF !!!

HOF pour lequel j'écris un RP, comme à mon habitude, et que Roi Kreol poste sur le forum officiel le jeudi 24 août 2017 à 20:34.

Je vous laisse le découvrir ci-dessous...

______________________________________________________________

LA DEFENSE D’ICCILAND


Le Seigneur Icci d’Icciland était un Chevalier de Spica. Pourtant, il n’avait quasiment jamais tenu une arme et ne s’était jamais battu contre les ennemis du Royaume de sa vie. Il faisait partie des administrateurs qui géraient de vastes régions minières et agricoles et dirigeaient des milliers d’ouvriers et de paysans. C’était l’un des meilleurs dans ce domaine. Grâce à lui, ses gens mais aussi l’ensemble du peuple aurigien avaient à manger dans leurs assiettes. Quant aux soldats du Royaume, ils avaient des armes et armures forgées avec les métaux extraits des mines d’Icciland. Bref, Icci n’était pas un guerrier mais sans lui, le Royaume d’Auriga mourerait de faim et ses Chevaliers n’auraient pas de quoi se battre. Malheureusement, dans une guerre, le peuple et les civils comme le Seigneur Icci ne sont jamais épargnés…


Alors que le Seigneur Icci et les siens continuaient à travailler dans leurs champs et mines, à l’autre bout de Spica, l’Empereur Blancos de Surina, décida d’attaquer Auriga afin d’assouvir sa soif de pouvoir et de sang. Il mobilisa une immense armée d’Orques et l’envoya vers Icciland, la partie du Royaume la moins défendue puisque le plus gros des Chevaliers de Spica protégeait la capitale ou se battait contre les Barbares au Mur de Spica. Durant leur route jusqu’à Icciland, les Orques de Blancos en profitèrent pour piller, brûler et tuer tout sur leur passage. Rien ni personne ne semblait pouvoir leur résister. Malgré cela, quelques survivants parvinrent à chevaucher jusqu’à Icciville, la capitale d’Icciland, pour prévenir le Seigneur Icci de l’arrivée imminente de l’armée d’Orques de Blancos.


La nouvelle surprit le Seigneur Icci autant qu’elle l’inquiéta. D’une part, l’Empereur Blancos s’apprêtait à l’attaquer sans raison, ni déclaration de guerre, et d’autre part il n’avait pas les moyens de repousser cette invasion et de protéger son peuple. En effet, Icci et les siens n’étaient que de simples paysans et ouvriers qui n’avaient jamais combattu de leur vie et qui avaient désormais face à eux, une armée d’Orques surentrainée et avide de sang. Le Seigneur Icci envoya alors un pigeon avec un message à la capitale d’Auriga pour demander de l’aide à la Reine Arya et aux autres Chevaliers de Spica. Mais même si ces derniers répondaient favorablement, ils ne pourraient jamais arriver à temps pour empêcher les Orques de Blancos de pénétrer sur les terres d’Icciland. Le Seigneur Icci décida alors d’évacuer la totalité de son peuple vers le château de Fort-Icci.


Fort-Icci était une grande forteresse de pierre aux hauts murs derrière lesquels le Seigneur Icci et son peuple pourrait se réfugier et espérer survivre aux Orques de Blancos jusqu’à l’arrivée des renforts. Pour cela, ils devraient se battre avec bravoure comme des guerriers ou de véritables Chevaliers de Spica le feraient. Le Seigneur Icci rassembla alors tous les hommes et femmes valides de son peuple, les arma et les posta sur les remparts de la forteresse. Avec des arcs et des flèches ils pourraient éliminer tous les Orques qui s’approcheraient à des mètres à la ronde. Puis ils attendirent, longuement, l’arrivée des renforts et de leurs ennemis. Le Seigneur Icci et les siens savaient que les Orques de Blancos étaient déjà en train de ravager leurs terres et villages mais au moins, ils étaient sains et saufs…


La nuit et la pluie étaient tombées lorsque l’armée d’Orques arriva enfin devant les remparts de Fort-Icci. Elle était commandée par l’Empereur Blancos en personne. Un vieillard barbu, vêtu de blanc et au regard machiavélique. Les Orques qui l’accompagnaient étaient tous horribles mais incroyablement fort et excités. Ils lancèrent leur attaque sans plus attendre et le Seigneur Icci ordonna à ses paysans et ouvriers de décocher leurs flèches sur l’ennemi. La bataille de Fort-Icci venait de débuter…


(Inclure le RC ici)




La bataille semblait perdue pour le Seigneur Icci et les siens. Les Orques de Blancos étaient parvenus à enfoncer leurs défenses et à pénétrer à l’intérieur de Fort-Icci où ils se livraient à tout un tas de massacre sur les réfugiés. L’Empereur Blancos était ravie. Il savourait ce bain de sang avec enthousiasme tandis que le Seigneur Icci continuait à se battre avec bravoure. Sa fin était proche lorsque retentit soudain un cor aurigien. C’était celui du Roi Kreol de Toulouse qui était arrivé à la tête d’une armée de plusieurs milliers de cavaliers, après avoir traversé la moitié du Royaume. Blancos et ses Orques furent surpris et décontenancés de les voir. L’arrivée de cette armée renversait totalement la situation. Le Roi Kreol et ses cavaliers chargèrent aussitôt les Orques et les décimèrent en quelques instants. L’Empereur Blancos chuta lui-même de son cheval et dus prendre la fuite à pied, sa robe blanche pleine de boue. Le Seigneur Icci et le Roi Kreol l’aperçurent, se crapahutant avec ses Orques loin de Fort-Icci et d’Icciland. La bataille était terminée et Icci et les siens avaient survécu grâce à leur bravoure et à l’intervention inespérée du Roi Kreol et de ses cavaliers toulousains. Encore une fois, les Chevaliers de Spica avaient montré qu’ils étaient fidèles envers leurs alliés et qu’ils protégeraient toujours les innocents et les faibles contre toute menace. Quant à l’Empereur Blancos, il y réfléchirait à deux fois avant de revenir s'en prendre à de simples paysans et ouvriers qui ne lui avaient rien demandés.

FIN
avatar
Arya
Surintendant

Messages : 1891
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 22
Localisation : Auriga (P2A-575)

Re: RP - La Guerre contre les ARCDR

Message par Arya le Mar 29 Aoû - 21:30

CHAPITRE 1 : L'EMPEREUR BLANCOS


L'affaire semblait réglée.

Empereur Blancos a voulu attaquer un KNIHGT, il s'est fait intercepté par un autre KNIGHT, qui a su lui tendre un piège.

C'est le jeu. On prend un risque à chaque fois que l'on envoie une flotte, parfois on gagne, parfois on perd.

Empereur Blancos a gagné de nombreuses fois mais ce coup-ci, il a perdu.

Comme tout bon raideur, il aurait du faire preuve de fair-play et féliciter ses adversaires pour cette jolie interception.

Mais Empereur Blancos en a décidé autrement...

N'appréciant visiblement pas de s'être fait intercepter comme un noob, ni le RP écrit par mes soins, il a décidé d'écrire lui-même un RP adapté à son univers.

Je vous laisse le découvrir ci-dessous...

__________________________________________________


Gloubailles, extrême Nord Surinien, mardi 15 août 106 AES.

Gloubailles, sénature de la province de Gloubinie, s'étendait sur le fond de la vallée de l'Aïboul, entre cimes neigeuses et fleuve tumultueux. Plus petite capitale provinciale de l'Empire Surinien, elle était prisée des Blanchaillois pour ses pistes de skis et la culture gloubinante atypique.

Au détour du boulevard impérial, au cœur de la cité de quelques deux millions d'habitants, s'élevait le palais du gouverneur et sur ses flans le quartier général de la huitième armée Surinienne. Le général d'Armée André Stane dirigeait toutes les forces offensives, défensives et policières de Gloubinie.

Dans son bureau épuré de toute décoration superflue, le général qui avait connu la Grande Guerre des Peuples et de nombreux combats aux côtés du puissant Empire Surinien consultait calmement ses dossiers en cette matinée d'été tranquille.

De son ordinateur, une voix féminine lui indiqua :

- Seigneur vous avez le capitaine Dolomieu à votre porte.
- Que me veut-il ?
- Vous annoncer quelque chose d'important.
- Vous êtes au courant ?
- On vient de m'en informer à l'instant. Il faut le recevoir.
- Bien, qu'il entre.

La porte s'ouvrit, le capitaine entra, se posa au centre de la salle au garde-à-vous.

- Je n'ai pas l'habitude de casser la chaîne de commandement, mais à priori, cela à l'air important, alors je vous écoute.
- Le Père Fouras a encore frappé.
- Vous voulez parler de ce colonel ivrogne que j'ai chassé à coups de pompes dans le derrière ?
- Oui, il est parti aux commandes d'un bataillon de Riggers de seconde génération et s'est révélé imprudent.
- C'est la vodka ça... Il est mort ?
- Oui, ainsi qu'un bataillon de droïdes que nous pensions envoyer au rebus.
- Alors le souci est réglé.
- Ainsi que 25 Riggers.
- Fort dommage pour les Riggers.
- Il y a pire mon général. Les sources font état d'un mépris complet à notre égard, de la part de leurs scribes. Ils ont pris le Père Fouras pour notre Empereur et les quelques droïdes pour des Orques...
- Voilà ce qui arrive quand on passe sa vie à imaginer des éléphants roses, on finit par les voir.
- Mon général, vous prenez ça avec un détachement qui me fait frémir. Que comptez-vous faire ?
- Bien sûr, nous sommes des Suriniens. En tant que Surinien, il nous faut éduquer les peuples les plus primitifs et les barbares inconscients. Ne prenez pas mon détachement pour une complaisance ou pire, pour de la compassion. Je vais transmettre l'information en haut lieu. Dans l'attente, préparez-vous.


Palais Impérial de Flegsmattes, quartier du Forum, Blanchailles, capitale Surinienne, quelques minutes plus tard.

Dans les couloirs feutrés du palais, le gouverneur de la province de Gloubinie et celui de la province du Leivon s'entretenait au sujet de la nouvelle qu'ils venaient de recevoir...

- Ça s'est passé chez vous gouverneur Osmoze. Dans votre territoire, en Gloubinie.
- Je sais gouverneur Gobio. J'ai lu le même rapport que vous. J'ai confiance, le Général Stane fera le boulot.
- Mais pour vous n'avez-vous aucune crainte ? Ce colonel décadent aurait dû être enfermé bien avant qu'1% du PIB Surinien soit envoyés à la mort. Il va falloir vous justifier auprès de l'Empereur... qui est sans doute en train d'apprendre la nouvelle.

À quelques mètres de là, dans le bureau de l'Empereur, Chevaline Verdan lisait le fameux rapport. Elle portait l'uniforme de l'Empereur, un costume d'hermine léger qui recouvrait l'armure du combattant valeureux accompli qu'elle était. Sa longue chevelure détachée coulait le long de ses épaules et mains nues laissaient apparaître divers motifs sur les ongles. Derrière elle, la carte de son Empire s'étalait sur tout le mur. Les principales régions dissidentes étaient cerclées au feutre rouge. Elle jeta le rapport, braqua ses yeux bleus sur la carte et soupira :

- Quels imbéciles.

Puis, elle approcha du second mur et s'empara de ses deux épées, dont l'une était transmise entre les Empereur de Surinie depuis la fondation de l'Empire. Sans attendre, elle quitta son bureau. Sur son passage, les courtisans et les officiers se découvraient. Quelques secondes plus tard, elle atteignit son trône au fond de la salle dédiée. Tous braquaient le regard sur la jeune femme, qui se leva devant eux et dit :

- Suriniens, je suis avec vous !

Après une longue acclamation, elle reprit :

- Suriniens, je prends la décision de répliquer au crime de lèse-majesté dont s'est rendu coupable le ou la scribe de ce Roi barbare... Il parait que la défense d'Icciland est indéboulonnable, nous allons la mettre à l'épreuve, ainsi que celles de tous leurs alliés et de leurs forces. Il est temps pour l'Empereur de Surinie de voyager à nouveau et d'appliquer un démenti formel et douloureux envers celles et ceux qui le méprisent. J'ai donc décidé d'aller à la rencontre de ces barbares qui se définissent comme chevaliers, et de les mettre en face de leur responsabilité. L'amiral chef des huit armées suriniennes est averti pour le déploiement des Riggers de troisième génération sur toutes les positions barbares et mon souhait rapide a plus à voir avec la restauration de l'image détournée que celles de la revanche aveugle. Je pars de suite.


A suivre
avatar
Arya
Surintendant

Messages : 1891
Date d'inscription : 17/12/2016
Age : 22
Localisation : Auriga (P2A-575)

Re: RP - La Guerre contre les ARCDR

Message par Arya le Jeu 31 Aoû - 19:38

CHAPITRE 2 : LE DECLENCHEMENT DE LA GUERRE


Icciland, quelques jours plus tard…

Chevaline Verdan, accompagnée de ses deux gardes du corps combattants de la prestigieuse ARCDC, approchèrent de la frontière d'Icciland.

- Par Chielevesna que c'est moche, souffla l'un d'eux.
- Oui, on dirait une décharge à ciel ouvert, reprit le second.
- Restez ici. Je n'en ai pas pour très longtemps, affirma Chevaline.
- Au moins, nous pouvons nous targuer de ne pas détruire une culture qui aurait pu avoir sa place dans le concert des nations, ironisa le premier.

Chevaline s'approcha du poste frontière. Elle portait simplement son armure légère, à peine visible, et sur ses épaules les insignes de son rangs. Venu à sa rencontre, un chevalier d'Icciland arriva et l'interpela :
- Que faites-vous ici mademoiselle ? Nous gardons la frontière de cette nation.
Trois autres chevaliers attendaient à bonne distance. Il soupira :
- Ces insignes... Vous êtes de l'Empire Surinien...
Sitôt ces mots prononcés, Chevaline le fixa des yeux et les le chevalier s'écroula le long de ses pieds, il hurla de douleur puis livra son dernier souffle. Les trois autres se levèrent subitement, deux tirèrent de leurs fourreaux des épées et approchèrent.

Chevaline disparu sous leurs yeux, puis réapparut entre eux deux, elle agrippa le premier au cou et grogna :
- Dis-moi où se trouve ton souverain. Parle ou je te tue !
L'homme garda le silence, Chevaline serra davantage le cou de son vis-à-vis, qui tentait malgré la douleur de rabattre son épée pour se dégager. Le second arriva dans son dos et sorti son épée, d'un coup de pied, Chevaline le repoussa contre leur abri de béton où il s'écroula.
- Parle-bon sang. Tu veux souffrir ?
L'homme agrippé ne répondit pas. Chevaline le jeta en arrière, il s'écroula sur le dos.
- Bien, puisque c'est ce que tu veux.
Aussitôt dit, le chevalier fut pris de violents maux de tête, il se la cogna sur le sol pour se dégager de l'étreinte psychique de Chevaline, jusqu'à ce que sa boite crânienne se rompe.

Pendant ce temps, le troisième avait gagné la radio et donnait l'alerte. Chevaline se présenta derrière lui et lui dit :
- Tu as bien raison, plus on est de fou, plus on rit.
L'homme attrapa un revolver et braqua l'Empereur.
- Haha tu ne t'y attendais pas à celle-là.
- Pauvre idiot.
Il tira. Chevaline sorti une de ses deux épées si fugacement que le geste fut indétectable à l'Oeil, elle para et renvoya la balle qui se figea dans le cou du chevalier, puis rangea l'épée tout aussi rapidement.

Débarrassé des gardes-frontières d'Icciland, Chevaline fixa la cité qui s'étendait sous ses yeux. Elle soupira :
- Ceci est la première étape. Montrons-leurs ce dont est vraiment capable l'Empereur de Surinie, le vrai.

[...]


À quelques centaines de kilomètres de là, en orbite, le magnifique Rigger troisième génération, vaisseau-mère de la troisième armée Surinienne, celle du Leivon, flottait tranquillement.

À son bord, du haut de la vigie d'où une vue saisissante sur le monde d'Icciland défilait, l'amiral des armées, Julius Balsitius, fixait la ligne d'horizon. Le général de la troisième armée approcha et lui dit :
- Votre présence en mon Rigger est un honneur amiral. Voulez-vous superviser l'action contre Icciland ?
- Oui.
- Ne devons-nous pas liquider le mognon de flotte qui nous oppose de l'autre côté de la planète ?
- C'est inutile. Le général de la 4ème armée va s'occuper de leur flotte. Contentez-vous de sonder la géologie de cette planète, pour une frappe massive sur toutes leurs cités.
- À vos ordres, amiral.

Pendant ce temps, Chevaline arriva jusqu'au palais d'Icciland, elle sema derrière elle une armée de cadavres ensanglantés. Quatre gardes du corps cernaient le jeune roi. Chevaline s'avança vers eux, les yeux immobiles, le premier lui fit face avec son épée.

La jeune femme serra le poing, les quatre garde-du-corps s'envolèrent vers elles, elle sorti son épée et la rentra, les quatre têtes volèrent et roulèrent à ses pieds.

- Non... souffla le jeune roi.
Aussitôt dit, Chevaline le plaqua contre le mur et lui tint :
- Au nom de Chielevesna, votre présence est requise à Blanchailles.
- Vous... Vous avez saccagé ma ville...
Chevaline le lâcha, il s'écroula au sol. Elle murmura ensuite :
- Votre planète, sera bientôt rendue inhabitable, et votre défense anéantie à tout jamais. Venez ou restez.
Le jeune roi ne broncha pas, il se recroquevilla sous les pieds de la statue du Roi Kreol. Chevaline reprit en s'éloignant :
- Fort bien.
Puis elle communiqua avec la vigie du Rigger :
- J'ai terminé. Faites-feu dès que vous le pouvez.

Du haut du Rigger, l'amiral annonça aux officiers artilleurs :
- Tir multiple confirmé. Huit cibles acquises, coordonnées admises. * Cité d'Icciland : 3 salves, profondeur 141, 156 et 187km, puissance 200, 230 et 282GT. * Autres tirs sur le continent : 5 salves, profondeur 111, 130, 145, 153 et 128km, puissance 200GT chacune. L'intégrité géologique des plaques tectoniques sera brisée et il ne subsistera plus aucune vie de cette planète. Général Artilleur Principal, confirmez l'acquisition de toutes les cibles, maintenant.
- Acquisition faite mon seigneur.
- L'endroit est sécurisé ?
- Maître sixième est hors de portée avec son croiseur.
- Tir autorisé.

Du canon hélironique accroché au ventre du Rigger, huit tubes lasers bleutés jaillirent et frappèrent tour à tour les huit cibles désignées, puis, l'instant d'après, les salves hélironiques furent propulsées à travers et noyèrent la surface sous un déluge de feu.

Ainsi commence la nouvelle guerre Surinienne…
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 21 Nov - 10:49